Matthieu MALET et Loïc de LARMINAT font parti des heureux lauréats du Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire.  


Né de la rencontre d’un magicien et d’un paysagiste, ce jardin a été conçu comme un parcours où le végétal se métamorphose, change de couleur et de texture de manière animale.

Présentes dans un bon nombre d’espèce de poissons, reptiles et céphalopodes, les iridophores sont des cellules pigmentaires de la famille des chromatophores. Elles réfléchissent les couleurs de leur environnement au moyen de lames cristalloïdes et sont responsables de brusques modifications d’aspect chez certains animaux. Inspirée de ces iridophores, une installation faite de miroirs et de filtres translucides permet aux végétaux des transformations similaires. À mesure que se déroule le chemin, les mouvements des yeux et la cadence des pas donnent le rythme des métamorphoses. Le spectateur devient acteur d’un paysage doué d’un rythme cinétique qui ne se répète jamais.

Les animaux ne changent pas seulement de couleur pour se camoufler. C’est aussi un moyen d’exprimer un état interne et de susciter une réaction comme la peur ou l’attirance. Mais quelle que soit sa couleur, le caméléon reste un caméléon… C’est dans le regard de l’autre qu’il se transforme. Il en va de même pour ce jardin. Les végétaux restent des végétaux. Les miroirs restent des surfaces réfléchissantes. Il reste à découvrir si c’est le regard qui transforme le jardin ou le jardin qui transforme le regard.